Rejet de la motion des demandeurs en vue de faire rejeter l’action de l’intimé car elle constituerait un abus de la procédure de la cour — La doctrine de l’« attente raisonnable » ou de ce que « les parties peuvent raisonnablement envisager » fait elle partie du droit canadien applicable à l’interprétation des contrats autres que les contrats d’assurance (y compris les renonciations)? Si oui, quelles sont les limites de cette doctrine? — La Cour suprême du Canada rejette la demande d’autorisation 12/03/2020 — Supreme Advocacy agissait comme correspondant pour le demandeur.

2020 ONCA 270